Interview avec la modèle plus-size Elly de GLAPOCHA

Interview avec la modèle plus-size Elly de GLAPOCHA

TSS a eu la chance d’interviewer plusieurs modèles plus-size du magasine GLAPOCHA !

Aujourd’hui, laissez-nous vous présenter ELLY, l’une des femmes qui souhaite partager la mode grande taille au Japon avec le monde entier! Artiste dans l’âme, elle écrit sa propre musique quand il s’agit de comment elle est censée vivre sa vie en tant que femme plus-size!

1. En premier, pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Katayama Eri mais mon nom anglais s’écrit Elly. Je suis actrice, compositrice et également depuis récemment modèle plus-size. A l’université, j’ai étudié quelque chose de complètement différent de l’art mais sur lequel j’avais beaucoup d’intérêt comme la sexualité et le genre. Comme cette entreprise [GLAPOCHA] respecte à fond le body positive, et que nous sommes une minorité, j’ai pensé que cela serait très intéressant de travailler dans cet environnement en tant que modèle !

2. Comment définiriez-vous être grande taille au Japon ?

Auparavant, les plus-size étaient présentes en tant qu’acteurs et sur scène mais dans les rôles clichés de la personne “grosse”. Leurs rôle n’étaient défini que par ça: par exemple il s’agissait d’une personne ayant grossi, ou le rôle de la maman au foyer qui elle aussi a pris du poids. Et même quand il s’agissait de parler de ce qu’elles aiment manger, parce que de toute façon elles ne font que ça, ce sont toujours des personnes qui mangent de grosses quantités et/ou très rapidement, des personnes qui ne font que grignoter. En résumé, ce seront toujours elles qui seront la cible de moqueries. Et c’est un pattern qui se répète sans arrêt.

Personnellement, en tant qu’actrice et comédienne, ce sont de genre de rôles qui vont m’être d’abord proposés avant d’autres. Étant plus-size, je ne sais pas si je dois m’en réjouir ou être gênée de cette situation. Même en étant plus-size, mes rôles et compétences vont bien plus loin que ce type de personnage. Dans mon ancienne agence, même si je précisais que j’aimais jouer des personnages vivants ou même à l’opposé, un peu sombre, on me disait “de toute façon tu es grosse, donc accepte ce rôle”. Depuis que je suis ici chez GLAPOCHA, même en étant plus-size, j’ai la liberté d’accepter des rôles qui me correspondent, il y a vraiment une belle ambiance de respect où tout le monde se met autour de la table pour décider ensemble tout en écoutant chaque personne individuellement. Je veux vraiment créer ce monde où, même si tu as un peu de poids en plus, tu ne seras jamais limité à ce genre de personnage cliché.

3. Que signifie pour vous être body positive ?

Pour moi, le body positive évoque une histoire. J’ai longtemps été entourée de personne qui avait un avis négatif sur mon corps comme je l’ai évoqué précédemment, que ce soit mes amis ou des gens du travail. Comme beaucoup de personnes plus-size, j’ai un passé assez douloureux et j’ai grandi avec une estime de soi heurtée plusieurs fois. Au contraire, il se peut que des personnes aient blessé d’autres gens inconsciemment, et malheureusement pour les gens comme nous, il ne suffit pas de simplement éviter ce genre de personne et de pensées. 

J’ai eu des remarques en premier quand j’étais à l’université et même avant comme nos valeurs n’étaient pas pareil: “Elly-chan, tu es ronde !”, “Elly-chan, il faut que tu perdes du poids !”. Il faut ne pas se laisser impacter par les autres, que tu grossisses ou que tu aies des dents de travers. Il faut voir dans la notion de body positive le fait de trouver son corps merveilleux et essayer d’évoluer dans une société plus ouverte à tous et où tout le monde trouverait son corps magnifique. 

Au Japon, nous ne sommes pas complimentés pour notre poids ou nos grains de beauté, mais on est complimenté pour notre peau blanche. A force, on ne sait plus ce qui est bien ou pas bien pour la société, et on ne sait plus sur quoi être fier. Il faut s’aimer soi-même ! Par exemple, en tant que modèle, je dois mettre du fond de teint, et je cachais avant mes grains de beauté avec de l’anti-cerne, mais maintenant je les laisse apparent comme ils sont une part de moi.

4. Comment ressentez-vous l’influence des personnes plus-size de l’étranger?

Grâce au monde qui devient de plus en plus proche, nous avons une bonne influence des standards corporels venus de l’étranger. De plus en plus de personnes plus-size s’affirment ici, et de plus en plus de personnes plus-size sont embauchées dans les entreprises.

Nous nous intéressons de plus en plus aux personnes aux Etats-Unis, en Europe, dans le reste de l’Asie et dans pleins d’autres endroits qui sont en minorité et qui en souffrent, et s’affirment de plus en plus. Je me demande souvent comment je peux agir en tant que modèle japonaise née au Japon.

5. Pensez-vous que les réseaux sociaux ont joué un rôle dans la façon dont les gens perçoivent les modèles de différentes tailles et races ?

Je pense qu’il y a des côtés positifs et négatifs aux réseaux sociaux. Comme Kurisu l’a dit, les SNS peuvent être très utiles pour rechercher des informations. Par exemple, en tant que modèle plus-size, nous pouvons aider les autres à voir comment bien porter un vêtement, ou quelle marque nous recommandons, et c’est ce que je faisais avant de moi-même devenir modèle.

Ce qui est aussi bien avec les SNS, c’est que contrairement à la télévision ou au journal, vous pouvez choisir ce que vous allez voir, ce n’est pas imposé à vos yeux. Les SNS reflètent aussi plus notre personnalité, car nous pouvons choisir de montrer quel genre de personne nous sommes, et ce que nous pensons. A la télévision, nous allons plus admirer quelqu’un pour sa façon de jouer.

C’est certes une autre histoire quand vous devenez connu sur les réseaux sociaux *rires*

6. Avez-vous des modèles ou des inspirations?

Je pense que beaucoup de personnes qui peuvent être considérées comme inspiration sont en train d’émerger au Japon, comme Momoka Ai, la fondatrice de GLAPOCHA.

Au niveau mondial, la référence est sûrement Ashley Graham, qui met beaucoup en avant différents types de corps. Le fait que de plus en plus de modèles soient de tailles variées laisse vraiment une bonne impression.

Je me rappelle également de la comédie musicale Hairspray [Tracy Turnblad, une jeune fille enrobée qui vit à Baltimore, n’a qu’un rêve : participer à l’émission télévisée le Corny Collins Show. Très vite, elle se rend compte que son poids est un frein à sa carrière mais alors qu’elle arrive enfin à atteindre son rêve, elle décide de profiter de sa notoriété pour lutter contre la ségrégation qui sévit.] à laquelle j’ai participé au lycée. A la suite de cette comédie musicale très célèbre, de nombreuses filles enrobées ont voulu faire de la télévision et porter des vêtements mignons tout en ne perdant pas de poids pour ressembler à Tracy *rires*

7. Avez-vous un message pour les personnes à l'étranger qui sont de taille plus importante, qui sont intéressées ou ne connaissent pas cette catégorie ?

Que ce soit dans le monde du mannequinat ou dans la musique, beaucoup de sorte de corps sont représentés. Nous devons être fiers de cette diversité grâce au body positive !

Related Articles